Les soins de santé en France – Wikipedia


le Système de santé français fait partie de soin de santé universel largement financé par le gouvernement assurance maladie nationale. Dans son évaluation de 2000 des systèmes de santé mondiaux, le Organisation Mondiale de la Santé ont constaté que la France offrait les "meilleurs soins de santé globaux" au monde.(1) En 2017, la France a dépensé 11,3% PIB sur les soins de santé, soit 5 370 $ US par habitant,(2) un chiffre supérieur à la moyenne dépensée par les pays riches (moyenne OCDE de 8,8%, 2017), mais similaire à l'Allemagne (10,6%) et au Canada (10%), mais beaucoup moins qu'aux États-Unis (17,1%, 2018). Environ 77% des dépenses de santé sont couvertes par des organismes financés par le gouvernement.

La plupart des médecins généralistes sont en pratique privée mais tirent leurs revenus des caisses d'assurance publiques. Ces fonds, contrairement à leurs homologues allemands, n'ont jamais acquis de responsabilité d'autogestion. Au lieu de cela, le gouvernement a pris la responsabilité de la gestion financière et opérationnelle de l'assurance maladie (en fixant des niveaux de primes liés aux revenus et en déterminant les prix des biens et services remboursés).(1) Le gouvernement français rembourse généralement aux patients 70% de la plupart Coûts des soins de santé, et 100% en cas de maladies coûteuses ou à long terme. Des couvertures supplémentaires peuvent être achetées auprès d’assureurs privés, pour la plupart à but non lucratif, assureurs mutuels. Jusqu'en 2000, la couverture était limitée à ceux qui cotisaient à la sécurité sociale (en général, les travailleurs ou les retraités), à l'exclusion de certains segments pauvres de la population; le gouvernement de Lionel Jospin mettre en place couverture maladie universelle et étendu la couverture à toutes les personnes résidant légalement en France. Environ 3,7% seulement des frais de traitement hospitalier sont remboursés par une assurance privée, mais une part beaucoup plus élevée du coût des lunettes et prothèses (21,9%), des médicaments (18,6%) et des soins dentaires (35,9%) (chiffres de l'année 2000) . Il existe des hôpitaux publics, des hôpitaux indépendants à but non lucratif (qui sont liés au système public), ainsi que des hôpitaux privés à but lucratif.

Histoire(Éditer)

France 1871–1914 suivit bien derrière l'Allemagne bismarckienne, ainsi que la Grande-Bretagne, dans le développement de l'État providence, y compris la santé publique. La tuberculose était la maladie la plus redoutée de la journée, frappant particulièrement les jeunes dans la vingtaine. L'Allemagne a mis en place des mesures rigoureuses d'hygiène publique et de sanatoriums publics, mais la France a laissé les médecins privés gérer le problème, ce qui lui a laissé un taux de mortalité beaucoup plus élevé.(3) La profession médicale française a jalousement gardé ses prérogatives, et les militants de la santé publique n'étaient pas aussi bien organisés ou influents qu'en Allemagne, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis.(4)(5) Par exemple, il y a eu une longue bataille au sujet d'une loi sur la santé publique qui a commencé dans les années 1880 comme une campagne pour réorganiser les services de santé du pays, pour exiger l'enregistrement des maladies infectieuses, pour imposer des quarantaines et pour améliorer la législation déficiente en matière de santé et de logement de 1850. Cependant, les réformateurs rencontrent l'opposition des bureaucrates, des politiciens et des médecins. Parce qu'elle menaçait tant d'intérêts, la proposition a été débattue et reportée de 20 ans avant de devenir loi en 1902. Le succès est finalement arrivé lorsque le gouvernement s'est rendu compte que les maladies contagieuses avaient un impact sur la sécurité nationale en affaiblissant les recrues militaires et en maintenant la croissance démographique. taux bien inférieur à celui de l'Allemagne.(6)

Depuis 1945(Éditer)

La réduction de mortalité infantile entre 1960 et 2008 pour la France par rapport à l'Irlande, la Suisse, la Suède, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Le système actuel a subi plusieurs changements depuis sa fondation en 1945, bien que la base du système reste planifiée et exploitée par l'État.(7)

Jean de Kervasdoué, économiste de la santé, estime que la médecine française est de grande qualité et est "la seule alternative crédible à l'américanisation de la médecine mondiale". Selon Kervasdoué, les chirurgiens, cliniciens, psychiatres et son système de soins d'urgence (SAMU) en France sont un exemple pour le monde. Cependant, malgré cela, Kervasdoué critique le fait que les hôpitaux doivent se conformer à 43 organismes de réglementation et à la bureaucratie de choix qui peut être trouvée dans le système. Kervasdoué estime que l'État intervient trop dans la régulation des fonctions quotidiennes des hôpitaux français.

Par ailleurs, le Japon, la Suède et les Pays-Bas disposent de systèmes de santé aux performances comparables à celles de la France, mais ne dépensent pas plus de 8% de leur PIB (contre des dépenses françaises de plus de 10% de son PIB).

Selon divers experts,(OMS?) la dégradation des finances de la sécurité sociale française est à l'origine de la croissance des dépenses de santé en France. Pour maîtriser les dépenses, ces experts(OMS?) recommander une réorganisation de l'accès aux prestataires de soins, des révisions des lois pertinentes, une reprise de possession par la CNAMTS(clarification nécessaire) de la poursuite du développement des médicaments et de la démocratisation de l'arbitrage budgétaire pour contrer les pressions industrie pharmaceutique.

Système de soins de santé(Éditer)

Dépenses totales de santé par habitant, en dollars américains PPP ajusté, de la France comparée à plusieurs autres premières nations du monde.

Toute la population doit payer une assurance maladie obligatoire. Les assureurs sont des organismes à but non lucratif qui participent chaque année aux négociations avec l'État concernant le financement global des soins de santé en France. Il existe trois principaux fonds, dont le plus important couvre 84% de la population et les deux autres 12%. Une prime est automatiquement déduite du salaire de tous les employés. La loi de 2001 sur le financement de la sécurité sociale a fixé les taux d'assurance maladie couvrant le régime légal de soins de santé à 5,25% sur les revenus du travail, le capital et les gains provenant des jeux de hasard et à 3,95% sur les prestations (pensions et allocations).(8)

Après paiement des honoraires du médecin ou du dentiste, une partie est remboursée. Cela représente environ 75 à 80%, mais peut aller jusqu'à 100% (si vous avez un problème médical de longue durée comme un cancer). Le solde est effectivement un ticket modérateur payé par le patient, mais il peut également être récupéré si le patient verse une prime régulière à un régime d'assurance maladie volontaire (plus de 99% de la population, car chaque travailleur a le droit, par la loi, d'accéder à un plan d'entreprise subventionné). La plupart d'entre eux sont gérés par des groupes à but non lucratif.

Selon les règles récentes (procédure de consultation coordonnée, en français: "parcours de soins coordonné"), médecins généralistes ("médecin généraliste" ou "docteur") devraient agir en tant que" gardiens "qui orientent les patients vers un spécialiste ou un hôpital lorsque cela est nécessaire. Cependant, le système offre le libre choix du médecin de référence, qui n'est pas limité au seul médecin généraliste et peut toujours être un spécialiste ou un médecin dans un hôpital public ou privé, l'objectif est de limiter le nombre de consultations pour une même maladie.(9) L'incitation est financière en ce sens que les dépenses sont remboursées à des taux beaucoup plus bas pour les patients qui se rendent directement chez un autre médecin (sauf pour les dentistes, les ophtalmologistes, les gynécologues et les psychiatres); les urgences vitales sont toujours dispensées d'exiger l'avis du médecin de référence, qui sera informé ultérieurement. Les frais étant à la charge du patient puis remboursés (la plupart du temps sur place car tous les médecins et les pharmacies peuvent lire le "Carte Vitale", une carte à puce contenant toutes les informations sur le patient et la société de coassurance), les patients ont la liberté de choisir le lieu où ils doivent recevoir des soins.(9)

En France, environ 62% des lits d'hôpitaux sont fournis par des hôpitaux publics, environ 14% par des organismes privés à but non lucratif et 24% par des entreprises à but lucratif.(dix)

Ministre de la Santé et de la Solidarité est un poste au sein du cabinet gouvernement de la France. Le portefeuille de la santé supervise les services publics et la partie assurance maladie de la sécurité sociale. Comme les départements ministériels ne sont pas fixes et dépendent du choix du Premier ministre, le ministre a parfois d'autres portefeuilles parmi le travail, les pensions, la famille, les personnes âgées, les personnes handicapées et les droits des femmes. Dans ce cas, ils sont assistés par des ministres subalternes qui se concentrent sur des parties spécifiques du portefeuille.

Le système est géré par le Caisse Nationale de l'Assurance Maladie.

Frais et remboursements(Éditer)

Le système mondial (système de sécurité sociale) couvrira 70% du coût global à moins que vous ayez un ALD (problème médical de longue durée) tel que le cancer ou le diabète où toutes les dépenses sont couvertes (100%). En Alsace-Moselle, du fait de son histoire particulière ayant appartenu à la France et à l'Allemagne à un moment ou à un autre, le système de sécurité sociale couvre 90% du coût global. Les personnes peuvent souscrire à une mutuelle (assurance à but non lucratif) ou à une assurance privée à but lucratif pour une couverture complémentaire. Tous les travailleurs ont accès à un plan spécifique où leur entreprise doit payer au moins 50% du coût.

Les prix varient de 10 € / mois (couverture de base complète soit 100% de tous les frais et médicaments) à 100 € / mois (couverture de luxe avec chambre de haut niveau à l'hôpital, baby-sitters pour les enfants s'ils doivent rester à la maison, femmes de chambre à la maison). si besoin…).

Dans les grandes villes, comme Paris, les médecins (surtout les spécialistes) facturent beaucoup plus pour les consultations (soit 70-80 EUR contre 25 EUR) car ils ne respectent pas les honoraires imposés par l'Assurance Maladie, les patients ne sont que partiellement remboursés (généralement une fraction de ce montant), la mutuelle couvrant le reste jusqu'à 100% des frais officiels. Par exemple, pour un ophtalmologiste à Paris, si le patient paie 80 EUR, il sera remboursé 5,9 EUR par l'Assurance Maladie et un maximum de 25 EUR par la mutuelle.

Acte Frais % remboursé Charge patient avant coassurance Frais pour les patients en dollars américains (2016) avant coassurance
Consultation généraliste 23 € 70% 6,60 € 7,30 $
Consultation de spécialistes 25 € 70% 7,50 € 8,20 $
Consultation d'un psychiatre 37 € 70% 11,10 € 12,16 $
Consultation cardiologue 49 € 70% 14,17 € 15,52 $
Remplir une cavité 19,28–48,20 € 70% 5.78–14.46 € 6,33 à 15,84 $
Canal radiculaire 93,99 € 70% 28,20 € 30,89 $
Brossage de dents 28,92 € 70% 8.68 € 9,51 $
Médicament sur ordonnance variable 35-100% variable variable
30 Ibuprofène 200 mg 2,51 € 60% 1,00 € 1,09 $

Médecin généraliste, médecin traitant(Éditer)

le médecin généraliste est le médecin responsable des soins de longue durée aux patients. Cela implique la prévention, l'éducation, la prise en charge des maladies et traumatismes qui ne nécessitent pas de spécialiste. Ils suivent également les maladies graves au quotidien (entre les crises aiguës qui peuvent nécessiter un spécialiste). Depuis 2006, chaque patient doit déclarer un médecin généraliste en tant que "médecin traitant" à la caisse de santé, qui doit être consulté avant d'être éventuellement référé pour consulter tout spécialiste (gynécologues, psychiatres, ophtalmologistes et dentistes mis à part). Cette politique a été appliquée pour déboucher les surconsultations de spécialistes pour des raisons non graves.

Ils enquêtent épidémies, remplir un rôle juridique (consultation des traumatismes pouvant apporter des compensations, certificats de pratique d'un sport, certificats de décès, certificats d'hospitalisation sans consentement en cas d'incapacité mentale), et un rôle dans soin d'urgence (ils peuvent être appelés par le SAMU, le service médical d'urgence). Ils se rendent souvent au domicile d'un patient si le patient ne peut pas se rendre à la salle de consultation (en particulier en cas d'enfants ou de personnes âgées) et ils doivent également effectuer des tâches de nuit et de week-end.

Assurance santé(Éditer)

Parce que le modèle de financement dans le système de santé français est basé sur une assurance sociale modèle, les contributions au programme sont basées sur le revenu. Avant la réforme du système en 1998, les cotisations représentaient 12,8% du salaire brut prélevé sur l'employeur et 6,8% prélevé directement sur le salarié. Les réformes de 1998 ont étendu le système de sorte que les plus riches avec un revenu en capital (et pas seulement ceux avec un revenu d'emploi) devaient également contribuer; depuis lors, le chiffre de 6,8% est tombé à 0,75% du revenu gagné. A sa place, un prélèvement plus large basé sur le revenu total a été introduit, les taxes sur les jeux sont désormais réorientées vers les soins de santé et les bénéficiaires de prestations sociales doivent également contribuer.(11) Parce que l'assurance est obligatoire, le système est effectivement financé par la fiscalité générale plutôt que par une assurance traditionnelle (comme en témoignent les assurances auto ou habitation, où le niveau de risque détermine les primes).

Les fondateurs du système de sécurité sociale français se sont largement inspirés du Rapport Beveridge au Royaume-Uni et visait à créer un système unique garantissant des droits uniformes pour tous. Cependant, il y avait beaucoup d'opposition de certains groupes socioprofessionnels qui bénéficiaient déjà de la couverture d'assurance précédente qui avait des conditions plus favorables. Ces personnes ont été autorisées à conserver leurs propres systèmes. Aujourd'hui, 95% de la population est couverte par 3 régimes principaux, l'un pour les travailleurs du commerce et de l'industrie et leurs familles, un autre pour les travailleurs agricoles et enfin la caisse nationale d'assurance pour les travailleurs indépendants non agricoles.(11)

Tous les travailleurs doivent verser une partie de leurs revenus à une caisse d'assurance maladie qui mutualise les risques de maladie et rembourse les frais médicaux à des taux variables. Les enfants et les conjoints des personnes assurées sont également éligibles aux prestations. Chaque fonds est libre de gérer son propre budget et de rembourser les frais médicaux au rythme qu'il juge opportun.

Le gouvernement a deux responsabilités dans ce système:

  • Le premier est une responsabilité gouvernementale qui fixe le rythme auquel les frais médicaux doivent être négociés et il le fait de deux manières. Le ministère de la Santé négocie directement les prix des médicaments avec les fabricants, sur la base du prix de vente moyen observé dans les pays voisins. Un conseil de médecins et d'experts décide si le médicament fournit un avantage médical suffisamment précieux pour être remboursé (notez que la plupart des médicaments sont remboursés, y compris l'homéopathie). Parallèlement, le gouvernement fixe le taux de remboursement des services médicaux. Les médecins choisissent d'être dans le secteur 1 et d'adhérer aux honoraires négociés, au secteur 2 et d'être autorisés à facturer des frais plus élevés dans des limites raisonnables ("tact et mesure") ou au secteur 3 et n'ont pas de limites d'honoraires (un très faible pourcentage de médecins, et leurs patients ont des remboursements réduits). Le système de sécurité sociale ne remboursera qu'au taux préétabli. Ces tarifs sont fixés annuellement par voie de négociation avec les organisations représentatives des médecins.
  • La deuxième responsabilité du gouvernement est la surveillance des caisses d'assurance maladie, pour s'assurer qu'elles gèrent correctement les sommes qu'elles reçoivent et pour assurer la surveillance du réseau hospitalier public.

Aujourd'hui, ce système est plus ou moins intact. Tous les citoyens et résidents étrangers légaux de France sont couverts par l'un de ces programmes obligatoires, qui continuent d'être financés par la participation des travailleurs. Cependant, depuis 1945, un certain nombre de changements majeurs ont été introduits. Premièrement, les différents fonds de soins de santé (il y en a cinq: Général, Indépendant, Agricole, Etudiant, Fonctionnaires) remboursent désormais tous au même taux. Deuxièmement, depuis 2000, le gouvernement fournit désormais des soins de santé à ceux qui ne sont pas couverts par un régime obligatoire (ceux qui n'ont jamais travaillé et qui ne sont pas étudiants, c'est-à-dire les très riches ou les très pauvres). Ce régime, à la différence de celui financé par les travailleurs, est financé par la fiscalité générale et rembourse à un taux plus élevé que le système professionnel pour ceux qui n'ont pas les moyens de combler la différence.

Enfin, pour contrer la hausse des coûts des soins de santé, le gouvernement a mis en place deux plans (en 2004 et 2006) qui obligent la plupart des gens à déclarer un médecin référent pour être intégralement remboursé des visites de spécialistes et qui ont mis en place un paiement de 1 € (environ 1,35 $ US) pour une visite chez le médecin (limité à 50 € par an), 0,50 € (environ 0,77 $ US) pour chaque médicament prescrit (également limité à 50 € par an) et des frais de 16 à 18 € (20 $ –25) par jour pour les séjours à l'hôpital (considérés comme la partie «hôtel» du séjour à l'hôpital, c'est-à-dire le montant que les gens paieraient de toute façon pour la nourriture, etc.) et pour les procédures coûteuses. Cette déclaration n'est pas requise pour les enfants de moins de 16 ans (car ils bénéficient déjà d'un autre programme de protection), pour les étrangers sans domicile en France (qui bénéficieront de prestations en fonction des accords internationaux existants entre leur propre programme national de santé et la Sécurité sociale française) ), ou ceux bénéficiant d'un système de santé des territoires français d'outre-mer, et pour les personnes bénéficiant de l'assistance médicale minimale.

Un élément important du système d'assurance français est la solidarité: plus une personne est malade, moins elle paie. Cela signifie que pour les personnes atteintes de maladies graves ou chroniques (avec des risques vitaux, tels que des cancers, le SIDA ou une maladie mentale grave, où la personne devient très dépendante de son assistance et de sa protection médicale), le système d'assurance leur rembourse 100% des dépenses et renonce leurs frais de ticket modérateur.

Enfin, pour les frais non couverts par le système obligatoire, il existe une large gamme de régimes d'assurance complémentaire privés. Le marché de ces programmes est très compétitif. Cette assurance est souvent subventionnée par l'employeur, ce qui signifie que les primes sont généralement modestes. 85% des Français bénéficient d'une assurance maladie privée complémentaire.(12)(13)

Qualité(Éditer)

Un organisme gouvernemental, l'ANAES, l'Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé (Agence nationale d'accréditation et d'évaluation des soins de santé) était chargé d'émettre des recommandations et des directives pratiques. Il existe des recommandations sur la pratique clinique (RPC), relatives au diagnostic, au traitement et à la surveillance de certaines conditions, et dans certains cas, à l'évaluation des modalités de remboursement. L'ANAES a également publié des guides de pratique qui sont des recommandations de bonnes pratiques que les médecins sont tenus de respecter selon les termes des accords signés entre leurs mandataires agréés et les caisses d'assurance maladie. Il existe également des recommandations concernant les prescriptions de médicaments et, dans une moindre mesure, la prescription ou la fourniture d'examens médicaux. Selon la loi, les médecins doivent maintenir leurs connaissances professionnelles grâce à une formation professionnelle continue. L'ANAES a été associée à d'autres commissions de la Haute Autorité de la Santé le 13 août 2004.

Médecine d'urgence(Éditer)

Ambulance privée à Pontarlier

Les soins ambulatoires comprennent les soins prodigués par des médecins généralistes qui sont en grande partie des travailleurs indépendants et travaillent principalement seuls, bien qu'environ un tiers de tous les médecins généralistes travaillent en groupe. Les médecins généralistes n'exercent pas de fonctions de gardien dans le système médical français et les gens peuvent voir tout médecin agréé de leur choix, y compris des spécialistes. Ainsi, les soins ambulatoires peuvent avoir lieu dans de nombreux contextes.

Dépenses(Éditer)

Dépenses totales de santé en pourcentage du PIB de la France par rapport à diverses autres premières nations du monde de 2005 à 2008

Le système de santé français était nommé par le Organisation Mondiale de la Santé en 2008 comme le système le plus performant au monde en termes de disponibilité et d'organisation des prestataires de soins.(14) C'est un soin de santé universel système. Il présente un mélange de services publics et privés, des dépenses relativement élevées, des taux de réussite élevés des patients et de faibles taux de mortalité,(15) et une grande satisfaction des consommateurs.(16) Ses objectifs sont de combiner un faible coût avec une flexibilité de choix du patient ainsi qu'une autonomie des médecins.(17) Alors que 99,9% de la population française est couverte, l'augmentation du coût du système est une source de préoccupation,(18)(19) tout comme le manque de services d'urgence dans certaines régions.(20) En 2004, le système a subi un certain nombre de réformes, notamment l'introduction du Carte Vitale carte à puce système, l'amélioration du traitement des patients atteints de maladies rares et les efforts visant à réduire fraude médicale. Alors qu'il existe des soins médicaux privés en France, les 75% des médecins du programme national dispensent des soins gratuits au patient, les frais étant remboursés par les fonds publics.(21)(22) Comme la plupart des pays, la France est confrontée à des problèmes d'augmentation des coûts des médicaments sur ordonnance, d'augmentation du chômage et d'une forte population vieillissante.(23)

Les dépenses liées au système de santé en France représentent 10,5% du PIB du pays et 15,4% de ses dépenses publiques. En 2004, 78,4% de ces dépenses ont été prises en charge par l'État.(24) En 2015, le coût avait atteint 11,5% du PIB – le troisième plus élevé d'Europe.(25)

Dans un échantillon de 13 pays développés, la France a été la première dans son utilisation pondérée en fonction de la population à prendre des médicaments dans 14 classes en 2009 et 2013. Les médicaments étudiés ont été sélectionnés sur la base du fait que les conditions traitées avaient une incidence, une prévalence et / ou une mortalité élevées, une morbidité à long terme, des dépenses élevées et des progrès importants en matière de prévention ou de traitement ont été enregistrés au cours des 10 dernières années. L'étude a noté des difficultés considérables dans la comparaison transfrontalière de l'utilisation des médicaments.(26)

Les hôpitaux(Éditer)

Environ 62% de la capacité hospitalière française est assurée par des hôpitaux publics et gérés. La capacité restante est répartie également (18% chacun) entre les hôpitaux du secteur sans but lucratif (qui sont liés au secteur public et qui appartiennent généralement à des fondations, des organisations religieuses ou des mutuelles) et à des institutions à but lucratif.(11)

Médecins(Éditer)

Alors que les médecins français ne gagnent qu'environ 60% de ce que font les médecins américains, leurs dépenses sont réduites car ils ne paient pas de frais de scolarité pour la médecine (le coût pour une année varie de 200 à 500 € mais les étudiants sont payés pendant leurs stages dans les hôpitaux) et l'assurance contre les fautes professionnelles est moins coûteux par rapport aux États-Unis (tous les médecins souscrivant au même fonds).(27) Une faible assurance pour faute professionnelle médicale peut également être le sous-produit de litiges antérieurs favorisant souvent les médecins. Cela a commencé à changer en raison de la mise en œuvre de la loi de 2002 sur les droits des patients.(28) L'assurance nationale française paie également une partie des taxes de sécurité sociale dues par les médecins qui acceptent de facturer les cotisations approuvées par le gouvernement.(29) Le nombre de médecins français a récemment diminué. Cela peut être dû au fait qu'ils préfèrent se spécialiser et obtenir des emplois dans les hôpitaux plutôt que de mettre en place des pratiques générales. La charge de travail des médecins généralistes nécessite plus d'heures et de responsabilités que les médecins du travail et suppléants. (30)

Perception publique(Éditer)

L'historienne Dannielle Horan affirme que, bien que beaucoup aux États-Unis se moquent du système français comme "médecine socialisée», les Français ne considèrent pas leur système mixte public / privé comme« socialisé »et la population a tendance à mépriser la médecine socialisée de style britannique et canadien.(17)

Selon le Indice des consommateurs européens de produits de santé le système de santé français a tendance à «médicaliser beaucoup d'affections et à donner aux patients beaucoup de médicaments».(31)

Temps d'attente et accès(Éditer)

Siciliani et Hurst ont fait une comparaison importante des pays signalant de longues attentes pour les soins de santé et des pays qui ne l'ont pas fait. En comparant le financement des soins de santé, les institutions et le niveau des ressources entre les pays, la prévention des longues listes d'attente en France a été attribuée à un nombre élevé de médecins et de lits d'hôpitaux, combiné au financement à l'acte des médecins et des hôpitaux privés.

En France, de nombreux spécialistes traitent des patients en dehors des hôpitaux; ces spécialistes ambulatoires sont rémunérés à l'acte. Les hôpitaux privés ont également été payés par des tarifs journaliers journaliers et des honoraires à l'acte en 2003, et ont fourni une grande partie de la chirurgie totale. Des honoraires à l'acte plutôt que des budgets limités, avec un accès pour les patients bénéficiant d'une assurance maladie publique, ont permis d'éviter de longues attentes pour une intervention chirurgicale (Siciliani et Hurst, 2003, pp. 69–70).(32) Désormais, les hôpitaux publics, privés à but non lucratif et les hôpitaux à but lucratif sont tous payés par un système DRG.(citation requise)

Cependant, les affirmations selon lesquelles la France ne dispose d'aucune liste d'attente ne sont pas vraies. Les longues attentes restent apparemment inhabituelles. Cependant, quelques attentes modérées se sont développées. Les patients français étaient relativement peu nombreux à déclarer renoncer aux soins en raison des attentes (Eurostat, 2012).(33) Cependant, il existe des temps d'attente pour certaines procédures telles que IRM scans, peut-être liés à un faible nombre de scanners, et dans certaines régions pour certaines spécialités comme l'ophtalmologie, en partie liés à la répartition inégale des médecins (Chevreul et al., 2015, p. 182).(34)

L'enquête 2010 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé dans 11 pays a révélé qu'un pourcentage relativement élevé de patients français ont déclaré avoir attendu plus de quatre semaines pour voir leur plus récent rendez-vous chez le spécialiste en France (supérieur à la Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et en Australie). Ce pourcentage est resté relativement constant dans le temps, montrant que les listes d'attente en France pour les rendez-vous et la chirurgie élective ne sont pas un phénomène nouveau. Cinquante-trois pour cent des rendez-vous avec des spécialistes ont pris moins d'un mois (relativement faible) et 28% plus de deux mois. Cependant, alors que les attentes modérées pour une chirurgie élective étaient courantes (seulement 46% ont déclaré avoir attendu moins d'un mois), le pourcentage déclarant des attentes de plus de quatre mois n'était que de 7%, faible et similaire aux États-Unis, en Suisse et aux Pays-Bas.(35) Il semble donc que les attentes extrêmement longues (comme celles du NHS du Royaume-Uni dans les années 1990) sont encore rares.

Cette étude a ses limites. Le nombre de personnes interrogées n'est peut-être pas parfaitement représentatif, bien que les chiffres soient restés similaires dans le temps. L'étude n'a pas non plus indiqué le pourcentage de rendez-vous totaux prenant autant de temps (si les rendez-vous d'un patient après le rendez-vous initial étaient plus opportuns ou non), bien que le rendez-vous le plus récent refléterait vraisemblablement les rendez-vous initiaux et ultérieurs), ni le nombre total de rendez-vous disponibles. Les attentes étaient autodéclarées plutôt que recueillies à partir de statistiques; cela peut également conduire à ce que les données ne soient pas complètement représentatives.(35)

En termes d'approvisionnement en soins de santé, la France compte beaucoup plus de médecins par habitant que le Royaume-Uni, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis.(32) Cela suggère que si les patients français ont dans certains cas des temps d'attente similaires à ceux des 3 premiers pays, le nombre de patients qui reçoivent des rendez-vous et un traitement est nettement plus élevé qu'au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande (dont les budgets globaux pour les hôpitaux sont également susceptibles plafonné l'offre à des niveaux inférieurs). Il est également important de noter que si les patients américains, suisses et allemands ont généralement déclaré de courtes attentes, une minorité importante de patients américains ont déclaré avoir attendu plus de 4 semaines pour un rendez-vous avec un spécialiste (environ 20%) et plus d'un mois pour une chirurgie élective (30% ).(35) Ainsi, bien que les temps d'attente aux États-Unis soient généralement courts, un pourcentage d'attente plus élevé aux États-Unis est plus long que ce qui est généralement supposé. Une étude a rapporté des temps d'attente plus longs pour les patients américains non assurés, qui peuvent faire face à un nombre disproportionné de temps d'attente plus longs (fondateur Alejandro Castillo).(citation requise)

Voir également(Éditer)

Références(Éditer)

  1. ^ une b "L'Organisation mondiale de la santé évalue les systèmes de santé du monde". Who.int. 8 décembre 2010. Récupéré 6 janvier 2012.
  2. ^ "Dépenses de santé de l'OCDE". OCDE. Récupéré 26 octobre 2019.
  3. ^ Allan Mitchell, La voie divisée: l'influence allemande sur la réforme sociale en France après 1870 (1991) pp 252–75 extrait
  4. ^ Martha L. Hildreth, Médecins, bureaucrates et santé publique en France, 1888–1902 (1987)
  5. ^ Alisa Klaus, Chaque enfant un lion: les origines de la politique de santé maternelle et infantile aux États-Unis et en France, 1890–1920 (1993).
  6. ^ Ann-Louise Shapiro, "Droits privés, intérêt public et compétence professionnelle: la loi française de 1902 sur la santé publique". Bulletin d'histoire de la médecine 54,1 (1980): 4+
  7. ^ "Actualités médicales aujourd'hui". Actualités médicales aujourd'hui. Récupéré 6 janvier 2012.
  8. ^ "France-prel.indd" (PDF). Récupéré 6 janvier 2012.
  9. ^ une b (en français) Comment choisir et déclarer son médecin référent en France pour bénéficier au maximum des prestations de santé, Ameli.fr (site officiel de la Assurance Maladie)
  10. ^ "Nombre de lits installés par type d'établissement en hospitalisation complète et de semaine". Fédération hospitalière française.
  11. ^ une b c http://www.euro.who.int/document/e83126.pdf Systèmes de santé en transition – France: OMS
  12. ^ "L'assurance maladie". Ameli.fr. Récupéré 6 janvier 2012.
  13. ^ John S. Ambler, «L'État-providence français: survivre aux changements sociaux et idéologiques», New York University Press, 30 septembre 1993, ISBN 978-0-8147-0626-8
  14. ^ Cline, Mary (15 avril 2008). "ABC News". Abcnews.go.com. Récupéré 6 janvier 2012.
  15. ^ "Salon.com". Open.salon.com. 18 juin 2009. Archivé de l'original le 5 octobre 2011. Récupéré 6 janvier 2012.
  16. ^ Rodwin, V. G. (10 septembre 2002). "NIH et American Journal of Public Health". Journal américain de santé publique. 93 (1): 31–37. est ce que je:10.2105 / ajph.93.1.31. PMC 1447687. PMID 12511380.
  17. ^ une b "Leçons de la santé en France". Radio Nationale Publique. Récupéré 6 janvier 2012.
  18. ^ Gauthier, David (7 août 2009). "Le journal Wall Street". Le journal de Wall Street. Récupéré 6 janvier 2012.
  19. ^ "Un bref blog d'histoire". Abriefhistory.org. 8 août 2009. Récupéré 6 janvier 2012.
  20. ^ "Paris Voice Webzine". Parisvoice.com. Récupéré 6 janvier 2012.
  21. ^ "Ambassade de France aux États-Unis". Ambafrance-us.org. Récupéré 6 janvier 2012.
  22. ^ Yglesias, Matthew (13 juillet 2009). "Article de Matthew Yglesias". Yglesias.thinkprogress.org. Archivé de l'original le 15 juillet 2009. Récupéré 6 janvier 2012.
  23. ^ Drum, Kevin (6 août 2009). "Mother Jones Magazine". M.motherjones.com. Récupéré 6 janvier 2012.
  24. ^ Armand A. Lefemine MD (2012). "Soins médicaux aux États-Unis et dans le monde".
  25. ^ Ballas, Dimitris; Dorling, Danny; Hennig, Benjamin (2017). L'Atlas humain de l'Europe. Bristol: Policy Press. p. 79. ISBN 9781447313540.
  26. ^ Bureau de l'économie de la santé. "Comparaison internationale de l'utilisation des médicaments: analyse quantitative" (PDF). Association de l'industrie pharmaceutique britannique. Archivé de l'original (PDF) le 11 octobre 2017. Récupéré 2 juillet 2015.
  27. ^ Paul V. Dutton. "LES SOINS DE SANTÉ EN FRANCE ET AUX ÉTATS-UNIS: APPRENDRE DES AUTRES" (PDF). Archivé de l'original (pdf) le 17 décembre 2015.
  28. ^ "Lois françaises sur la faute professionnelle médicale – Réclamations & SOL". Centre de faute professionnelle médicale. Récupéré 17 octobre 2018.
  29. ^ "Accueil". www.urssaf.fr.
  30. ^ France, Connexion. "Le nombre de médecins diminue en France". www.connexionfrance.com. Récupéré 17 octobre 2018.
  31. ^ "Résultats de l'EHCI 2015" (PDF). Centre de santé des consommateurs. 26 janvier 2016. Archivé de l'original (PDF) le 6 juin 2017. Récupéré 27 janvier 2016.
  32. ^ une b Siciliani, L. et Hurst, J. (2003). Explication des variations des temps d'attente pour la chirurgie élective dans les pays de l'OCDE. https://search.oecd.org/els/health-systems/17256025.pdf: Organisation de coopération et de développement économique Organisation de coopération et de développement économiques. pp. 69–70.CS1 maint: location (lien)
  33. ^ Eurostat. (2012). Statistiques de l'Union européenne sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC). Luxembourg: Commission européenne. Extrait de http://www.eui.eu/Research/Library/ResearchGuides/Economics/Statistics/DataPortal/EU-SILC.aspx
  34. ^ Chevreul K, Berg Brigham K, Durand-Zaleski I, Hernández-Quevedo C. (2015). France: Revue du système de santé. Systèmes de santé en transition, 2015; 17(3), 1–218. Extrait de http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0011/297938/France-HiT.pdf?ua=1
  35. ^ une b c Le Fonds du Commonwealth. (2010). Enquête 2010 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé dans 11 pays. New York, NY: auteur. Récupéré de http://www.commonwealthfund.org/~/media/files/publications/chartbook/2010/pdf_2010_ihp_survey_chartpack_full_12022010.pdf

Liens externes(Éditer)




Source link

Les soins de santé en France – Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

Vous n'avez pas l'autorisation de copier le contenu de cette page.